Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
nadoptepaslebouddhisme.com

Bouddhisme et bon usage des liens internet ... cas du site de jérôme K.

24 Mars 2015 , Rédigé par L'auteur Publié dans #coup de gueule, #manipulations spirituelles, #bouddhisme et la loi française

Il est facile de constater que les personnes qui se revendiquent du bouddhisme ou de mouvements ésotériques affiliés sont particulièrement actives sur le net. Il suffit de taper "dalaï lama" ou "bouddha" pour voir apparaître en quelques dixièmes de secondes plus de 31 millions de pages au moment ou j'écris ces lignes. Le problème est que quand on s'offre ainsi sans aucune retenue sur la toile, il a de fortes chances d'y trouver des contradicteurs. Le net est un espace de liberté - qui se doit de respecter certaines règles -, on appelle ça la liberté d'opinion et d'expression, et ce dernier n'est pas réservé à l'exclusivité d'une pensée dominante.
 
Je me suis fait récemment interpeller concernant la mise en ligne d'une photo d'un site - marchand - qui me menaçait de toutes les foudres juridiques parce que j'avais mentionné un lien sur mon blog et mis une photo trouvée aussi sur son blog. Manifestement, cette personne n'était pas contente.
 
Le 12 mais 2003, le TGI de Paris affirmait que le lien sans autorisation n'était qu'une pratique courant du net "La liberté d'établir un Iien, sauf à répondre des abus résultant de son utilisation, apparaît inhérent au principe de fonctionnement de l'Internet".
Je me suis donc penché sur ce problème.
 
Il existerait des limites d'utilisation de ces liens mais par ailleurs, il semblerait complètement débile de vouloir les interdire.
 
Je m'explique :

Principe de base :

A ce jour, il n'existe aucune réglementation encadrant le statut des liens. La mise en ligne d'un lien est entièrement libre mais on se doit de respecter le droit des auteurs et des sites, en évitant tout risque de confusion chez le lecteur. En cliquant sur ce lien, une nouvelle page web distincte doit s'ouvrir montrant bien qu'il s'agit là d'un autre site totalement distinct du blog consulté.
 
Le lecteur n'est pas trompé sur cette nouvelle source d'information.
 
On distingue :
  • le lien hypertexte simple :
C'est celui qui dirige vers la page d'accueil. Il n'a absolument besoin du consentement de l'auteur du site visé.
  • le lien hypertexte profond :
C'est celui qui dirige vers une page différente de la page. Ici l'autorisation expresse du créateur du site doit être autorisée.
 
Restrictions  :
Sur ces liens, bien entendu, le respect de la diffusion et de la propagation des contenus doit répondre aux critères suivants :
  • non propagation de propos diffamatoires (art. 29 et plus, art.33 et plus, loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse),
  • non injurieux, 
  • ne faisant pas l'apologie du nazisme, de l'antisémitisme, du terrorisme, de crimes contre l'humanité, pornographie enfantine, incitation à la haine, à la violence ...
  • ne cherchant pas à vendre des contrefaçons
 
Pourquoi cela me semble débile (hormis les restrictions) :
 
La recherche sur le web pourrait être comparée à un visiteur étranger qui aurait besoin d'un produit et que vous rencontrez dans la rue :
  • Premier cas de figure :
"bonjour, je recherche un supermarché, pouvez-vous m'indiquer ou je peux en trouver un ?"
"pas de problème ... deuxième rue à gauche et vous voyez l'enseigne en face de vous !"
 
dans ce cas, personne ne vous empêche de renseigner votre interlocuteur.
 
  • Deuxième cas de figure :
"bonjour, je recherche un supermarché pour acheter du café, pouvez-vous m'indiquer ou je peux en trouver ce produit ?"
"pas de problème ... deuxième rue à gauche et vous voyez l'enseigne en face de vous, vous rentrez, troisième rayon à gauche, vous arrivez dans les cafés !"
 

dans ce cas, la loi vous imposerait de demander au supermarché si ce dernier vous autorise à renseigner votre interlocuteur. Convenez-le, c'est débile !

Donc, si l'on produit une information vue sur un site, demander l'autorisation à chaque fois pour pouvoir faire un lien tient de l'utopie. Que l'on publie le nom du site, la photo, OK, mais que l'on demande à l'auteur son autorisation de pointer sur une image qui elle est librement consultable parce que faisant partie du domaine public, reste une gageure.

De plus dans le cas qui m'amène à cette réflexion, pour la photo incriminée, rien n'indiquait qu'elle appartenait à son présumé propriétaire puisqu'on la retrouve sur un autre site allemand. Donc comment une contestation peut se justifier d'un retrait sans pouvoir prouver son appartenance ?

 

Respect du droit de paternité :

Il s'agit de citer l'auteur, le(s) titre(s) de la page web des textes et/ou photographies :
 
Art. L. 121-1. L'auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre.
Ce droit est attaché à sa personne.

 
  • Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.
  • Il est transmissible à cause de mort aux héritiers de l'auteur.
  • L'exercice peut être conféré à un tiers en vertu de dispositions testamentaires.
 
Art. L. 121-2. L'auteur a seul le droit de divulguer son oeuvre. Sous réserve des dispositions de l'article L. 132-24, il détermine le procédé de divulgation et fixe les conditions de celle-ci.
Après sa mort, le droit de divulgation de ses oeuvres posthumes est exercé leur vie durant par le ou les exécuteurs testamentaires désignés par l'auteur. A leur défaut, ou après leur décès, et sauf volonté contraire de l'auteur, ce droit est exercé dans l'ordre suivant : par les descendants, par le conjoint contre lequel n'existe pas un jugement passé en force de chose jugée de séparation de corps ou qui n'a pas contracté un nouveau mariage, par les héritiers autres que les descendants qui recueillent tout ou partie de la succession et par les légataires universels ou donataires de l'universalité des biens à venir.
Ce droit peut s'exercer même après l'expiration du droit exclusif d'exploitation déterminé à l'article L. 123-1.
 

Respect du droit d'auteur :

Art. L. 122-5. Lorsque l'oeuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire : 
...
  • 3° Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source :

    a) Les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'oeuvre à laquelle elles sont incorporées ;
    b) Les revues de presse ;
    c) La diffusion, même intégrale, par la voie de presse ou de télédiffusion, à titre d'information d'actualité, des discours destinés au public prononcés dans les assemblées politiques, administratives, judiciaires ou académiques, ainsi que dans les réunions publiques d'ordre politique et les cérémonies officielles ;

    ...
  • 4° La parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois du genre

    ...
  • 9° La reproduction ou la représentation, intégrale ou partielle, d'une oeuvre d'art graphique, plastique ou architecturale, par voie de presse écrite, audiovisuelle ou en ligne, dans un but exclusif d'information immédiate et en relation directe avec cette dernière, sous réserve d'indiquer clairement le nom de l'auteur.

Ma petite conclusion :

 
Ce qui est "marrant" dans cette histoire, c'est que le responsable de cette micro-entreprise (appelons le Jerome K.) a des intentions belliqueuses vis-à-vis de mon blog (mel à l'appui) et n'est absolument pas d'accord pour que je diffuse son nom et une image de son site marchand.
 
Le paradoxe est qu'on le retrouve depuis le 9 mars sur facebook*. Et quand on connaît la politique d'utilisation des images de ce site, ça laisse rêveur. ntdlr : "la société Facebook est propriétaire de tous les contenus publiés sur le si prisé réseau social. Comment ? Eh bien tout simplement grâce à ces conditions générales d’utilisation que tout le monde accepte… sans les avoir jamais lues"

 

Extrait conditions générales Facebook :
"Vous nous autorisez à utiliser votre nom, votre photo de profil, vos contenus et vos informations dans le cadre d’un contenu commercial, sponsorisé ou associé (par exemple une marque que vous aimez) que nous diffusons ou améliorons. Cela implique, par exemple, que vous autorisez une entreprise ou une autre entité à nous rémunérer pour afficher votre nom et/ou la photo de votre profil avec votre contenu ou vos informations, sans vous verser de dédommagement. Si vous avez sélectionné une audience particulière pour votre contenu ou vos informations, nous respecterons votre choix lors de leur utilisation."
 
et il vient me prendre le chou pour des grains de sarira ! Il prétend que je veux le ridiculiser avec ses croyances. Seuls les lecteurs et visiteurs ont leur libre arbitre pour décider si tel ou tel document est ridicule. Le lien en lui-même n'incite pas au ridicule.

Il m'interdirait de douter de ce que je lis dans son site : "J'ai la grande chance d'avoir pu voir se multiplier spontanément certaines de mes reliques bouddhistes et les partage volontier avec d'autres pratiquants du dharma."** (une copie d'écran a été faite et sauvegardée comme preuve de mes doutes).

De plus sur son site Fb, à terme, on va retrouver des milliers de photos, de video qui ne lui appartiennent pas (vidéos, photos importées sans indication des auteurs) ou plus (puisqu'il a cédé ses droits en acceptant les conditions générales de Fb).
Et comble du comble, on retrouve même des vidéos de propagande issues de Radio Free Asia montrant ces "mauvais chinois" qui oppriment le "peuple tibétain" lors du nouvel an tibétain postée le 11 mars.
Quand on sait que cette radio est issue d'une création de la CIA dans les années 1950, réactivée en 1994 et aujourd'hui bénéficie d'un financement américain !
Le U.S. International Broadcasting Act de 1994 (Public Law 103-236, titre III) est plus explicite quant à la mission de Radio Free Asia : « La poursuite de l’existence de la diffusion internationale américaine, et la création d’un nouveau service de diffusion en direction de la République Populaire de Chine et d’autres pays d’Asie, qui manquent de sources adéquates pour les informations et les idées libres, devraient mettre en valeur la promotion de l’information et des idées tout en faisant progresser les buts de la politique étrangère des États-Unis ».
 
Seul point commun que nous avons : la même opinion du traitement du cas Philip Blackwood, une honte ! C'est un bon début  ;-)
 
Le côté positif est que tous les goûts sont dans la nature. Quelqu'un qui :
  • affirme assister à des phénomènes de génération spontanée avec ses reliques mérite un Prix Nobel de physique, pas bidon comme celui de la SS dalaï lama
  • fait commerce de reliques religieuses comme au pire temps de l'inquisition
  • qui se montre sur les réseaux sociaux mais ne supporte pas la critique (il suffit de voir son FAQ)
  • qui diffuse des vidéos de propagande américaine ...
 
doit être quelqu'un qui mérite toute ma compassion et je le respecte surtout dans son action auprès des plus démunis, mais quand j'apporte la contradiction, encore une fois, je me vois inquiété. Quoiqu'il en soit, cet "incident" a permis de repositionner les positions de chacun et de mieux vous connaître.
 
Merci Jérome K.
 
sources, liens simples sans obligation d'autorisation de l'auteur  :
 
 
 
Lire la suite

Blasphème selon bouddha birman = la prison.

19 Mars 2015 , Rédigé par L'auteur Publié dans #actualités bouddhistes, #bouddhisme birmanie, #coup de gueule, #discrimination chrétiens, #impostures bouddhistes, #idôlatrie bouddhiste, #manipulations spirituelles, #violence bouddhisme

Blasphème selon bouddha birman = la prison.Blasphème selon bouddha birman = la prison.
jeudi 11 décembre 2014, 
 
Philip Blackwood, 32 ans, Tun Thurein, 40, et le directeur Htut Ko Ko Lwin, 26, avaient été arrêtés sous le motif "injure à bouddha". 
Propriétaires d'un bar à tapas et night club à Yangon, ils avaient fait une pub sur facebook avec une photo d'un bouddha portant des écouteurs.
Quel blasphème !
En première audience, devant 30 moines bouddhistes et 20 civils, ils avaient été déclarés coupables d'avoir offensé le "Myanmar's Religion Act".
 
mardi 17 mars 2015, 
 
Ils ont été condamnés à deux ans de prison pour "insulte à la religion" et à six mois pour trouble à l'ordre public ... suite de manifestations à proximité du bar. Ces peines sont accompagnées de travaux forcés.
Des protestations se sont fait entendre :
 
  • Pour Phil Robertson, directeur adjoint de Human Rights Watch en Asie, ces peines montrent que "la liberté d'expression est plus que jamais menacée" en Birmanie alors que le pays prépare des élections cruciales pour la fin de l'année.
    "Les autorités devraient accepter les excuses publiques sincères de ces trois hommes, annuler la condamnation et ordonner qu'ils soient libérés immédiatement et sans condition", a-t-il ajouté dans un communiqué.
  • "Le rétrécissement de l'espace laissé à la liberté religieuse en Birmanie est très inquiétant, tout comme l'influence croissante de la rhétorique des groupes bouddhistes extrémistes. Les autorités doivent faire tout ce qu'elles peuvent pour inverser cette tendance inquiétante - ne pas chercher à envenimer la situation avec des cas comme celui-ci", a estimé Rupert Abbott d'Amnesty international en Asie.
  • "Les autorités cherchent manifestement à faire un exemple, mais cela ne fait que nuire à l’image de la Birmanie et du bouddhisme", se cabre par exemple l’ONG Fortify Rights (@FortifyRights sur Twitter)

Mais face à l'intégrisme bouddhiste, dont le fer de lance est le moine Wirathu, le plus célèbre d'entre eux qui lui se permet d'insulter une représentante de l'Onu estimant que cette dernière était une "putain dans notre pays", il y a peu de chance que les "accusés" soient relaxés.
Sur la photo suivante, on voit bien l'attitude haineuse de cette religion quant on lit la haine dans le regard du moine.
 

 

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2871044/Myanmar-bar-manager-accused-insulting-Buddhism.html

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2871044/Myanmar-bar-manager-accused-insulting-Buddhism.html

Blasphème selon bouddha birman = la prison.Blasphème selon bouddha birman = la prison.
Lire la suite

Les bouddhistes à Paris ... Monastère Bouddhique Linh Son, Joinville

18 Mars 2015 , Rédigé par L'auteur Publié dans #bouddhisme paris, #Thich Huyen Vi - linh son, #propagande bouddhiste

Siège de la congrégation bouddhique mondiale Linh Son

Siège de la congrégation bouddhique mondiale Linh Son

Siège de la congrégation bouddhique mondiale Linh Son, l'association créée en 1975, regroupe une cinquantaine de temples à travers le monde dont dix en France (Brest, Reims, Toulouse, Montbean, Poitiers, Rançon, Mulhouse, Montpellier, Carnon, Troyes ...) . Son orientation religieuse est la propagation du dharma (l’enseignement de bouddha) au sein du grand véhicule (mahâyana).
Fondée le vénérable Thich Huyen Vi (Le Van Huyen, 1934-2005) d'origine vietnamienne, la congrégation est présidée par Vén. Dr. Thich Tinh Hanh). Thich Huyen Vi a exercé une influence importante dans la diffusion du bouddhisme au sein des pays occidentaux en voulant propager le bouddhisme comme « la seule religion qui n’ait jamais exigé qu’on fasse la guerre en son nom ». Le monastère a pris sa forme actuelle en 1984 alors que l'association voulait implanter un temple typique au style extrême-oriental.
Pour soutenir son développement, l'association organise des "repas végétariens" à la recherche de dons (ex le 3 avril 2011, 20 €)
Cliquez pour développer les photos.Cliquez pour développer les photos.Cliquez pour développer les photos.
Cliquez pour développer les photos.Cliquez pour développer les photos.Cliquez pour développer les photos.

Cliquez pour développer les photos.

Encore des bouddhistes particulièrement actifs dans la diffusion de leurs croyances. Mais d'ou vient tout cet argent. Déplacer autant de monde, construire autant de temples en si peu de temps ! Ce sont vraiment les rois du bouddhabizness.

vénérable Thich Huyen Vi - Réunion entre potes
vénérable Thich Huyen Vi - Réunion entre potes

vénérable Thich Huyen Vi - Réunion entre potes

A moins que leurs stages soient de véritables mines d'or, déjà qu'ils ne reversent pas la TVA ! le miracle de la "terre pure" !

   Les bouddhistes à Paris ...    Monastère Bouddhique Linh Son, Joinville
Lire la suite

Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)

17 Mars 2015 , Rédigé par L'auteur Publié dans #coup de gueule, #Dalaï Lama, #impostures bouddhistes, #photographies dalai lama, #pagode khánh anh - evry

vue d'ensemble de la nouvelle pagode khánh anh - evry – France

vue d'ensemble de la nouvelle pagode khánh anh - evry – France

Gigantesque ! Rocambolesque ! Ubuesque !

 
- Terrain : 4 000m2  
Parking : 2 000 m2   
Administration : 350m2                
Autel et salle de prière : 550 m2, un bouddha en bronze recouvert d'or de 4 m de haut pesant 5 tonnes    
Logements : 1 500 m2               
Salle d’activités culturelles : 600 m2  
- Stupa Boddhisattva Avalokitésvara ; gauche / hauteur : 18 m
- Stupa Prabhutaratn Buddha ; droite / hauteur : 19 m
- Stupa Boddhisattva Ksitigarbha ; centre / hauteur : 25 m
               

L'allocution de M. Valls, député maire d'Evry
Fête du "Toit du bouddha" le 18 sept 2005

 

 
Monsieur le Directeur de Cabinet du Préfet,
Monsieur le Grand Vénérable,
Mesdames les nonnes, les moines,
Mesdames et Messieurs, Chers amis,
 
" C'est, vous le savez, toujours un réel plaisir de me retrouver parmi vous, ici, à la grande pagode Khanh Anh d'Evry.
Nous sommes rassemblés, aujourd'hui, à l'occasion d'une prière solennelle organisée à l'occasion de la fête de la mi-automne et en l'honneur du toit permettant de couvrir la magnifique statue de SAKYAMOUNI, celui qui reçut la suprême et parfaite illumination et découvrit l'Eveil sous un figuier, à Bodhgaya, en Inde du Nord, au 5è siècle avant notre ère.
Maintenant que la tête du Bouddha est protégée, rien ne pourra entraver votre grand projet. Et nous continuerons à la soutenir jusqu'au bout, comme cette "poutre maîtresse" que nous célébrons aujourd'hui.
Enfin, ils sont là !
Malgré quelques déboires avec certains services de l'Administration française - fidèle à sa tradition de simplicité et de rapidité ..., - les ouvriers chinois spécialisés sont, enfin, parmi nous pour faire avancer, significativement, le projet final de construction de cet édifice.
Ainsi, la pagode d'Evry va, progressivement, dévoiler son vrai visage, avec la pose de son toit majestueux, dont on perçoit déjà la beauté, et ses tuiles vernissées. C'est une belle contribution à ce dimanche consacré, partout en France, à la valorisation de notre patrimoine, si divers, si riche (ce qui explique ma tenue très décontractée).
Et puis, si tout se passe bien, les derniers travaux de finition - les sculptures de dragons et de fleurs de lotus, les balcons en bois précieux,.. pourront être terminés dans 3 ou 5 ans.
Et je peux vous assurer que - si nous sommes toujours là - nous organiserons à cette occasion une très, très belle fête ! Parce que la ville entière accueillera, fièrement, l'une des plus belle oeuvre architecturale et spirituelle de la région parisienne. Evry, plus que jamais ville de toutes les cultures et capitale de toutes les religions. Mais ne nous précipitons pas ; soyons encore un peu patients.
Il aura fallu la mobilisation de toute la communauté bouddhiste, du Comité Lotus - sous l'égide du Grand Vénérable THICH MINH TAM qui m'apprend la patience (et à qui je souhaite la meilleure santé possible) - et celle du Préfet de l'Essonne que je remercie et de la mienne pour aboutir à cette nouvelle étape déterminante pour la future plus grande pagode d'Europe.
Comme j'y étais engagé devant vous il y a quelques mois, la Ville héberge, depuis le mois de juin, dans 2 appartements, ces ouvriers au savoir-faire précieux. Et ils resteront nos hôtes jusqu'au bout de leur mission, pendant, encore, environ un an.
Il s'agit là de notre contribution à ce projet magnifique qui permettra à notre commune de recevoir des milliers de touristes et de fidèles bouddhistes, ainsi que de nouveaux habitants sur le quartier et sur la ville.
Il nous reste maintenant à convaincre le Ministre de la culture de soutenir notre projet de Musée des arts bouddhiques... Nous allons nous remettre au travail. Et nous finirons bien par convaincre, car je ne supporte pas l'injustice faite à votre religion (cf. mon livre La laĩcité en face qui sort à la mi-octobre ...).
 
KAM ON (merci) et HEN LAN SAU (à bientôt) ! "
 
A défaut de photos autorisées ... un lien utile :
Thích Minh Tâm est un vénérable bouddhiste né en 1940 au Việt Nam et mort en Finlande en 2013, M. Valls, en 2004Thích Minh Tâm est un vénérable bouddhiste né en 1940 au Việt Nam et mort en Finlande en 2013, M. Valls, en 2004

Thích Minh Tâm est un vénérable bouddhiste né en 1940 au Việt Nam et mort en Finlande en 2013, M. Valls, en 2004

Il est interdit d'injecter de l'argent public dans
un projet religieux ...
mais il est facile de détourner la Loi ...

 

C'est bien connu, les associations cultu(r)elles sont habilement utilisées, surtout par les mouvements bouddhistes, pour (essayer) obtenir directement ou indirectement des "aides" de l'Etat. Exemples pour Evry : 
 
A Monsieur Jean-Jacques AILLAGON
Ministre de la Culture et de la Communication
3 avenue de Valois.
75001 PARIS

de la part du cabinet du Député Maire
réf : MC.CG.NA.04.11.420

"... Il manque environ 5 millions d'euros pour achever la bâtisse, soit l'équivalent de ce qui a déjà été versé pour faire le gros oeuvre.
Rappelons que cette pagode, une fois achevée, sera unique en Europe par sa taille (3.000 m2), ce qui permettra  la commune d'Evry de recevoir la visite de milliers de touristes et de fidèles.
Khanh Anh sera bien plus qu'un lieu de culte, offrant un centre de séminaires et de conférences, avec une médiathèque et des activités culturelles, artistiques et sociales. La Pagode deviendra, également, le siège de la "Congrégation bouddhique vietnamienne en Europe", et un site de formation des moines. Ce lieu sacré, qui accueillera jusqu'à 5 000 urnes funéraires, sera avant tout un espace de ressourcement et de référence pour l'ensemble des fidèles bouddhistes - 30 000 en Île-de-France, 60 000  l'échelle nationale.
Si les dons récoltés demeurent la source essentielle de recettes, il me semble, cependant, intéressant de réfléchir à une subvention de l'Etat et des collectivités territoriales concemées (Région, Département, Agglomération et villes). Cela avait déjà été le cas pour la cathédrale d'Evry, qui avait obtenu une aide de l'Etat, à l'initiative de Jack LANG, lorsque celui-ci était Ministre, à travers le soutien au Musée d'Arts Sacrés que vous connaissez bien.
Pourquoi ne pas entreprendre la même démarche pour nos concitoyens bouddhistes ?"
 
Manuel VALLS - Député de l'Essonne - Maire d'Evry, le 2 nov 2002
 

 
"L'année dernière, Manuel Valls avait demandé une aide de l'Etat sous forme de subvention culturelle, puisqu'il est interdit d'injecter de l'argent public dans un projet religieux. Ce stratagème avait été utilisé pour achever la cathédrale d'Evry en 1998 grâce à Jack Lang, alors ministre (PS) de la Culture. "Nous allons relancer la demande", a assuré hier le maire."

source : Sébastien Ramnoux, Le Parisien, lundi 27 septembre 2004
 

Combien ça coûte ?
pharaonique et totalement irréaliste !

 

le 18 juin 1995
Pose de la première pierre, coût estimé à 2 millions d'euros
 
 
le 11 octobre 1999

5 millions de francs de dons (762 245 €)

L'histoire de la pagode a commencé au début des années 1990. A l'étroit dans son temple de Bagneux (Hauts-de-Seine), l'association bouddhiste Khanh Anh décide de bâtir un nouveau lieu de culte en région parisienne. Le futur temple doit pouvoir accueillir un millier de fidèles sans gêner les voisins. Après de longues prospections, la ville nouvelle d'Evry s'avère être le site idéal.
Reste alors à récolter les fonds. Pour ces réfugiés politiques, pas question de faire appel aux gouvernements communistes des pays d'origine. "Nous financons les travaux grâce aux dons des fidèles, précise le vénérable Thich Minh Tâm. Nous avons déjà recueilli 5 millions de francs, mais l'ensemble du chantier va nous coûter 45 à 50 millions (7 622 450 €). Les réfugiés ne sont pas riches".
En juin 1996, la première pierre est posée en grande pompe, mais le chantier, interrompu à plusieurs reprises, s'enlise. Aujourd'ui, la pagode commence à sortir de terre, entre la RN7 et l'avenue du Maréchal Juin, mais ne sera achevée que dans deux ou trois ans.

Source : Sandrine DINET, Essonne matin

 

le 26 sept 2004

 

(déjà 14 680 000 € et c'est pas fini)
Extrait allocution du vénérable thich minh tâm, Evry
 
Chers invités, chers compatriotes,
Une autre difficulté, que vous devinez déjà avant que je ne l'exprime, est celle du financement. Depuis que nous avons posé la première pierre, il y a neuf ans, le 18/06/95, nous n'avons reçu aucune subvention, ni de l'Etat, ni d'aucune entreprise industrielle ou commerciale. Tout provient de l'humble obole de fidèles bouddhistes, le plus souvent salariés, le plus souvent réfugiés aux modestes ressources.et aussi du bénévolat de volontaires qui, après une semaine passée à gagner leur vie, consacrent leur week-end à préparer des plats végétariens mis en vente au profit de la nouvelle Pagode.
Rappelons aussi que des moines, des religieuses et des fidèles d'autres temples bouddhiques vietnamiens à l'étranger, en particulier en France et en Europe, ont envoyé leur don, souvent aux dépens de leurs propres besoins immédiats.
Par ailleurs, un fonds prénommé "Fonds de la générosité" a récolté des prêts consentis à la Pagode par des fidèles, prêts à échéance plus ou moins rapprochée s'étalant de deux à trois mois à cinq à sept ans ou même plus. Grâce à tous ces offrandes et prêts, les travaux ont pu progresser, même si le rythme en est parfois bien lent. Jusqu'à la mi-septembre de cette année nous avons dépensé 7.840.000€, soit 51.431.862F dont environ un million d'euros d'emprunts et 6.840.000€ provenant des précieuses contributions des religieux, religieuses et fidèles bouddhistes. Nous vous demandons de les applaudir.
 
le 18 juin 2014  

 

Chers compatriotes Bouddhistes,


"... Eriger une Pagode est une œuvre de longue haleine : 19 ans déjà. L’année prochaine, le deuxième anniversaire du départ de notre Maître marquera aussi la date limite imposée par les autorités pour la clôture définitive des travaux.
Ce sera la phase terminale après que le disciple «Financement» a dépensé dans les 14 millions d’euros.
A la prochaine étape nous devrons achever l’installation du chauffage, de l’électricité, des conduites de gaz et d’eau, le cloisonnement des étages supérieurs (à l’heure actuelle, seul le 1er étage est divisé en chambres), la décoration intérieure, en particulier la décoration de la Grande Salle de Prières, pour un budget prévisionnel de 2 millions d’euros à réunir d’ici le mois d’août 2015 : voilà la cause de notre tourment extrême.
Au vu le délai imparti par les autorités, nos conseillers, les Très Vénérables Thich Tanh Thiêt (Lyon, France) et Thich Nhu Diên (Hannover, Allemagne) ont décidé de procéder à l’inauguration officielle de la Pagode Khanh-Anh à Evry au cours de la Cérémonie Solennelle commémorant le deuxième anniversaire du départ de notre Grand Maître.
Afin de mener le programme esquissé ci-dessus, nous sollicitons l’aide de la Sangha, des instituts et associations bouddhiques du monde entier : que vos prières et votre assistance concrète nous accompagnent dans l’urgence de l’action. Vous pouvez nous aider par tout moyen : par exemple nous donner la possibilité de nous accueillir dans votre communauté pour présenter notre projet et recueillir des fonds, pour organiser des repas ou des représentations artistiques dans ce même but.
Nous lançons un appel sincère pour une aide sous forme de don ou de prêt sans intérêt à tous nos compatriotes et aux bouddhistes des quatre vents. Plusieurs biais sont possibles : don selon vos possibilités, prêt à une association, chaque part s’élevant à 500 euro (cette somme peut être plus ou moins élevée selon les possibilités personnelles et familiales).
Nous sommes des disciples, bien inférieurs au Maître par la vertu, la connaissance et la sagesse, nous sollicitons votre soutien en mémoire de notre Maître, au nom de votre amitié et de votre bienveillance envers Lui, que par la grâce de votre générosité, nous puissions accomplir son Vœu de créer un centre d’enseignement et de pratique de notre religion pour la Sangha et les adeptes laïcs, centre qui sera aussi un foyer de rayonnement du bouddhisme au sein de nos pays-hôtes. ..."


source : http://quangduc.com/a53399/thu-moi-le-tieu-tuong-ht-minh-tam
 
Si l'on prend le coût moyen de la construction à Evry : 
  • le prix du m² du terrain est d'environ 350 à 600 €. La superficie est de 6 000 m² soit une estimation de 2.85 millions d'euros
  • le prix  du m² construit se situe aux alentours de 2 000 €. Avec une superficie de 3 000 m², on arrive à 6 millions d'euros.
  • soit un total de 9 millions hors déco bouddhique et stupas
Et on arrive à une estimation de 17 millions d'euros !
d'où vient la différence ?
On va me retorquer que ça traîne, donc les coûts explosent. Oui et non. Les prix annoncés sont les prix actuels, le terrain il y a 20 ans n'était pas aussi cher et les matériaux "made in China" ne sont pas très chers.
Oups  il "manque"  8 millions !
 
Et quand les "sages bouddhistes" réclament (ci-dessus) une ultime contribution de 500 € pour finaliser la pagode, l'adepte bouddhiste ferait bien de regarder un peu plus près les comptes et les politiques locaux de prendre un peu plus de distance vis-à-vis de ce délire bouddhique.
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Inaugurée en grandes pompes en 2008 par le dalaï lama en présence des officiels locaux, cette pagode est considérée comme la plus grande d'Europe. Elle sera terminée vers 2011.
Et voilà ce que j'ai photographié !

 

 

Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Les bouddhistes à Paris ... (grande pagode Evry ... quelle mégalomanie !)
Exemple caractéristique de la mégalomanie bouddhiste ...
 
Un immense chantier de plus de 20 ans. La naissance du projet date de 1992. Comme le veut la tradition bouddhiste, les oracles avaient choisi ce terrain comme propice aux ondes bénéfiques émanant du cosmos pour y établir un bastion de la propagande bouddhiste sous les auspices de bouddha.
La statue de ce dernier est installée en 2002, le toit de l'édifice est posé en 2005.
Les officiels religieux et des collectivités locales se plaignaient à l'époque de la lenteur de l'administration française pour accepter l'arrivée des ouvriers chinois et l'intransigeance des règles de sécurité non respectées. Le chantier avait même été fermé, des bonbonnes de gaz se baladaient partout sans aucune protection. Quand on voit comment la pagode thien minh à Lyon est partie en fumée ... on n'est jamais assez prudent
 
incendie du 18 juin 2006, mais que fait bouddha  ?incendie du 18 juin 2006, mais que fait bouddha  ?

incendie du 18 juin 2006, mais que fait bouddha ?

Il faut préciser que ces mêmes officiels des collectivités locales sont aujourd'hui à la tête de l'Etat français et que la situation administrative a plutôt empiré. Par exemple, le nombre de Français candidats au départ croit de 4% par an depuis 10 ans alors que la population française croit de 0.6%. (sources : LeMonde.fr)

On pourrait se rassurer que face à la fuite des "forces vives de la France", le nombre des temples bouddhistes est estimé aujourd'hui à 2 000. De là à dire que chaque citoyen qui part est remplacé par un religieux ... est un pas que je ne franchirai pas ... quoique !
 
Donc, un immense bric-à-brac, un chantier ouvert à tout vent. J'y suis même entré sans aucune difficulté, le portail était grand ouvert, aucun panneau interdisant l'entrée, aucune mesure de sécutité ... seulement quatre ouvriers dont l'un s'est demandé ce que je faisais là, j'ai même eu l'impression qu'il m'avait pris pour un inspecteur du travail.
Il est certain qu'entre les photos fastueuses de la visite du dalaï lama ou des différentes processions tranchent bizarrement avec la réalité de mars 2015.
C'est la première fois que je vois un bouddha qui se prend pour une momie ! serait-ce un nouveau rituel ? non juste une protection contre les intempéries. Ou sont les allées bétonnées ? il n'y a plus que du terrain défoncé, des câbles partout, même l'accès au monument vietnamien ressemble à un champ de bataille.
Les sols sont brut de béton, les urnes d'encens sont remplies de mousse.
Manifestement, la démesure et la mégalomanie des "sages bouddhistes" ici sont à leur paroxisme. Le chantier n'est absolument pas maîtrisé quels que soient les domaines : financement (le budget est dépassé de près de huit fois les prévisions) ; les délais : 20 ans d'errance, de non-respect des normes ; le rejet de leur incompétence sur l'administration : normes de sécurité, manque de soutien financier (illégal en France) ; l'appui de politiques : des promesses pas toujours judicieuses ...
La liste est longue.
 
Mais quand même comment des "sages bouddhistes", ces êtres "supra normaux" qui se considèrent comme éveillés se sont autant plantés ?
Manifestement, notre vénérable Thích Minh Tâm ne faisait pas dans la modestie. Il déclarait en 1999 "les réfugiés ne sont pas riches", on peut dire qu'avec cette pagode, ils sont ruinés.
 
Il faut préciser que ces mêmes officiels des collectivités locales sont aujourd'hui à la tête de l'Etat français et que la situation administrative a plutôt empirée. Le nombre de Français candidats au départ croit de 4% par an depuis 10 ans alors que la population française croit de 0.6%.
On pourrait se rassurer que face à la fuite des "forces vives de la France", la place des temples bouddhiste est estimée aujourd'hui à 2 000 temples. De là à dire que chaque citoyen qui part est remplacé par un religieux ... est un pas que je ne franchirais pas ... quoique !
 
Lire la suite

Pourquoi le "Drapeau tibétain" n'a pas à être accroché sur nos mairies

11 Mars 2015 , Rédigé par L'auteur Publié dans #actualités bouddhistes, #bouddhisme tibétain, #coup de gueule, #Dalaï Lama, #impostures bouddhistes, #propagande bouddhiste, #tibet, #rachel guidoni, #tibet nancy

Origine : sous l'empereur Songten Gampo, XIIe siècle ap J.C., différentes versions portant toutes les symboles du lion des neiges équipaient l'armée forte de 3 000 000 d'hommes
 
Drapeau au lion des neiges : fin du XVIIe siècle, il devient drapeau militaire.
Ici version 1920-1925 (© Sémhur / Wikimedia Commons, via Wikimedia Commons)
 
Influence japonaise : en 1912-1916, le moine bouddhiste japonais Aoki Bunkyo* aurait incorporé le motif de l'étendard** de l'armée impériale japonaise, tristement connu.
*(http://fr.wikipedia.org/wiki/Aoki_Bunkyo **(Par Thommy [Public domain ou Public domain], via Wikimedia Commons)
 
Forme définitive : devenu l'emblème officiel du gouvernement du Tibet en 1916 sous le 13e dalaï lama thubten gyatso pour "affirmer l'unité et souveraineté du peuple tibétain" (affirmation trouvée sur info-tibet à vérifier ! sûrement biaisée).
 
Drapeau interdit : en 1959 par les autorités chinoises, il est devenu le drapeau du gouvernement tibétain en exil.
 
Les évolutions : pour arriver au drapeau actuel.  Apparu dans les années 1930, plusieurs témoignages (le wafenSS Heinrich Harrer, Phuntsok Wangyal, fondateur du PC tibétain) montrent que le drapeau était bien un drapeau militaire et en n'aucun cas le drapeau d'une nation.
(Bundesarchiv, Bild 135-S-11-07-17 / Schäfer, Ernst / CC-BY-SA [CC BY-SA 3.0 de
ici une version sans soleil levant lors d'un défilé à Potala en 1938
 
En 1947, le drapeau prend sa forme actuelle lors de la conférence panasiatique pour l'indépendance de l'Inde. Comme les représentants du Tibet n'avait pas de drapeau officiel, les britanniques hissèrent  un drapeau militaire tibétain et apposèrent un emblème circulaire sur l'estrade de la conférence.

(Nehru Memorial Museum/India [Public domain], via Wikimedia Commons)

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4c/Mr-sampho-theijis-speech.jpg

Drapeau brandi sur la place Stanislas Nancy et détail des symboles religieux

Drapeau brandi sur la place Stanislas Nancy et détail des symboles religieux

Oui ce drapeau est le symbole d'une religion bouddhiste tibétaine et est abusivement présenté comme le symbole de la lutte tibétaine ou plus précisément des 127 000 réfugiés, composés essentiellement de la diaspora et des monastiques.

 

Détaillons la symbolique cachée et la manipulation qui en découle :

(extrait d'un ouvrage scolaire édité par le "Tibetan Cultural Printing Press" de Dharamsala en 1989)
  1. La montagne enneigée au centre symbolise la terre du Tibet, bien connue comme étant le "Pays aux Monts Enneigés".
  2. Les rayons rouges représentent les six tribus à l'origine du Tibet : Sé, Mou, Dhong, Tong, Drou et Ré.
  3. L’alternance des rayons rouges (symbolisent les ancêtres) et des rayons bleus foncés (symbolisent le ciel), symbolisent l’incessante activité bénéfique continue des protecteurs noirs et rouges (dieux et déités) qui ont depuis les temps très anciens sauvegardé l’autorité religieuse et politique du pays, préservant ainsi l'harmonie spirituelle et séculière.
  4. Les rayons émanant du soleil qui se lève au-dessus de la montagne enneigée représentent ce dont jouit le peuple tibétain : la liberté, la prospérité, le bonheur matériel et spirituel.
  5. Les deux lions des neiges à leurs crinières flamboyantes montrent qu'ils ignorent la peur. Ils symbolisent réussite sociale et spirituelle du pays.
  6. Les trois joyaux suggèrent la vénération indestructible du peuple tibétain envers les "Trois Joyaux" : le Bouddha, son Enseignement et la Sangha.
  7. Les lions des neiges tiennent le disque représentant le joyau de la joie, qui est de deux couleurs, en tourbillon faisant référence à l’éthique observée selon les grandes traditions bouddhistes : abandon des "10 actions non-vertueuses", respect de la morale sociale des "16 règles civiques" édictée par l'empereur Songtsen Gampo
  8. La bordure jaune (semblable à l'or le plus pur) symbolise la diffusion tout azimuth et le développement des enseignements du Bouddha en un temps et un espace illimités.

Il en va de mon petit commentaire. En bleu, les références à "l'homme", en rouge les références au bouddhisme - sacré - chamanisme.

On voit bien que ce drapeau est un pur produit de dirigeants religieux avec tous leurs symboles.
 

Allusions civiques

 

symbolise la terre du Tibet

six tribus à l'origine du Tibet

symbolisent les ancêtres

politique du pays

harmonie séculière

liberté

prospérité

bonheur matériel

réussite sociale

Allusions religieuses

 

symbolisent le ciel

activité bénéfique

protecteurs noirs et rouges

autorité religieuse

harmonie spirituelle

bonheur spirituel

réussite spirituelle

trois joyaux

vénération indestructible

Trois Joyaux (la base fondatrice du bouddhisme)

Bouddha

Enseignement

Sangha

joyau de la joie

grandes traditions bouddhistes

10 actions non-vertueuses

16 règles civiques

enseignements du Bouddha

 

On voit bien ici (et il ne faut pas sortir d'une thèse d'éthnologie !) que les termes et allusions religieuses sont sureprésentées.
Face aux 9 termes faisant référence à l'essence même de la nature profonde d'un peuple, on oppose 18 termes d'obédiance religeuse.
Donc oui, mesdames Rachel Guidoni et Lucienne Redercher, ce symbole religieux n'a pas à être accroché sur la façade de l'Hôtel de Ville ni à Nancy, ni dans les autres villes de France.
 
Si l'on doit aider le peuple tibétain, ce n'est pas en accrochant les symboles bouddhistes sur nos lieux républicains et laïques que l'on va résoudre la question.
Et puis, encore une fois, pourquoi cette sainteté aussi merveilleuse qu'est le dalaï lama n'a rien fait pour résoudre ce problème. Bien au contraire, ce religieux d'un autre âge maintient une population dans une manipulation planétaire et l'on retrouve son action néfaste partout.
Cette levée du drapeau (communément appelé drapeau tibétain) est aussi le symbole de l'échec d'un leader religieux qui s'est pris pour dieu tout puissant et n'a pas pensé un instant au bien-être de ses concitoyens !
Combien de personnes sont mortes en essayant de traverser l'Himalaya ? La sagesse et le bon-sens auraient été de dissuader ces tentatives. 
Mais sans martyrs, que serait-il ?

 

Lire la suite